Menu Rechercher

    Hommage aux internés des camps du Loiret

    Cérémonie sans public : dimanche 17 mai 2020
    Texte

    Les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande sont ouverts en 1941 par l'administration française pour interner les hommes juifs arrêtés à Paris lors de la rafle du Billet vert, en mai 1941. A l'été 1942 les rejoignent 8 000 personnes, des familles, victimes de la rafle du Vél d'Hiv. Au total, entre mai 1941 et juillet 1943, 16 000 hommes, femmes et enfants juifs transitent par ces camps, avant leur déportation vers les camps d'extermination d'Europe de l'Est. Parmi ces déportés : près de 4700 enfants. Aucun d'entre eux n'a survécu.

    Le camp de Jargeau regroupe quant à lui, à partir de 1941, 1 700 personnes, dans des conditions sanitaires désastreuses. Parmi elles, de nombreuses familles tsiganes, dont 700 enfants. Les internés ne sont libérés qu'en décembre 1945, soit 14 mois après la Libération.

     

    Hommages

    Dimanche 17 mai 2020

    Chaque année depuis 1946, au mois de mai, des cérémonies sont organisées devant les monuments des camps d'internement de Beaune-La-Rolande et de Pithiviers, érigés après-guerre par les anciens internés rescapés des camps pour rappeler la mémoire de ceux pour qui ces lieux furent la dernière étape avant l'assassinat. 

    Ces cérémonies sont organisées par l’Union des Déportés d’Auschwitz et le Mémorial de la Shoah, en partenariat avec les Fils et Filles de Déportés Juifs de France, le Crif et le Cercil - Musée Mémorial des enfants du Vél’ d’Hiv’.

    Cette année, les mesures de distanciation sociale imposées par la pandémie de Covid-19 obligent à inventer de nouvelles formes de commémorations, et des initiatives seront annoncées prochainement pour nous permettre de rendre hommage, depuis chez nous, aux internés des camps du Loiret.

    Cette page sera mise à jour au fur et à mesure que des informations nous parviendront.

     

    Dépôts de gerbe 

    Cette année, en raison de la crise sanitaire, aucun rassemblement in situ ne pourra avoir lieu. Des dépôts de gerbes auront lieu, sans public, le dimanche 17 mai. Une gerbe unique sera déposée devant les deux monuments par les associations et fondations, d'autres par la mairie et l'Etat. 


    Programmation en ligne du Mémorial de la Shoah

    Sur les réseaux sociaux et le site internet du Mémorial de la Shoah : programmation exceptionnelle autour de la rafle du billet vert et des hommes arrêtés le 14 mai 1941.
     

    Programmation en ligne du Cercil

    Sur la page Facebook du Cercil, en visionnage libre à partir du 17 mai :
    - Entretien inédit avec Serge Klarsfeld
    - Diffusion du film Je reviendrai de Jean Barat

     

    En attendant, nous vous proposons une sélection de livres et de films accessibles en ligne, pour mieux comprendre ce que furent les camps du Loiret.

    L’enregistrement des internés au camp de Pithiviers. Photo : Mémorial de la Shoah

    Texte

    ​​​​​​Films

    1942. Joseph a onze ans. Et ce matin de juin, il doit aller à l’école, une étoile jaune cousue sur sa poitrine. Entre bienveillance et mépris, Jo, ses copains juifs, leurs familles, vivent dans Paris occupé jusqu’à ce matin du 16 juillet 1942, où leur vie bascule. Plus de 13000 Juifs sont alors raflés par les autorités françaises. D'abord entassées au Vélodrome d’Hiver, les familles sont internées au camp de Beaune-la-Rolande avant d'être déportées.

    La Rafle retrace cette histoire sous forme fictionnelle en s'appuyant sur les témoignages de rescapés.

    Avec Jean Reno, Mélanie Laurent, Gad Elmaleh, Raphaëlle Agogué

    Et pour aller plus loin : le podcast de l'émission Mémoires Vives sur la Rafle, avec Rose Bosch

     

    Le 13 mai 1941, Zysman Wenig, alors âgé de 28 ans, est arrêté à Paris par la police française. D'abord interné au camp de Pithiviers dans le Loiret, où reste 407 jours, il est déporté à Auschwitz en Pologne le 25 juin 1942 par le convoi n°4.  Film disponible en VoD

    A lire en complément : Lettres à Khayié, sa correspondance avec sa femme, publiée par les éditions Calmann-Levy et disponible en format e.pub

     

    Ce film retrace le destin des 3 700 Juifs étrangers arrêtés le 14 mai 1941 à Paris, lors de la première arrestation massive de Juifs en France. Internés dans le Loiret, aux camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers, ils seront déportés vers Auschwitz en juin-juillet 1942.

    Les camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers font figure d’exception : bien que le sort qui attend ces hommes soit le même que dans les autres camps, les conditions de détention leur ont permis de recevoir des visites, d’échanger des colis, d’organiser des ateliers de dessins et d’artisanat, de créer une chorale, un journal clandestin… Une correspondance, le plus souvent clandestine, réussit même à se développer.

    Film disponible en VoD

     

    Ce documentaire raconte l'histoire de la persécution des Tsiganes par les nazis et leurs alliés, d'un bout à l'autre de l'Europe. En France, nombre d'entre eux ont été internés à Jargeau, dans le Loiret. À partir du témoignage des derniers survivants et d'images d'archives pour la plupart inédites, ce film décrypte le long processus d'anéantissement de l'une des plus vieilles nations d'Europe, et ses répercutions aujourd'hui.

    À voir sur la chaîne Histoire jusqu'au jeudi 21 mai 2020

     

    Sites internet

    Le Cercil - Musée mémorial des enfants du Vél’ d’hiv’ a recueilli et mis en ligne 142 témoignages d’internés des camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers, accompagnés de nombreux documents d’archives. 

     

    Le 17 juillet 1942, 928 personnes sont déportées de la gare de Pithiviers vers Auschwitz par le convoi 6. Outre les hommes arrêtés le 14 mai 1941 y sont entassées environ 250 personnes raflées les jours précédents dans les régions d’Orléans et de Dijon. Parmi eux, 24 enfants. La plus jeune, Marie-Louise Warenbron, a 12 ans. En 1945, il y a 99 survivants.

    L'association Mémoire du Convoi 6 propose leur rend hommage. Elle propose sur son site l'histoire du convoi n°6, mais aussi des convois n°4 et 5, accompagnées de la liste et les biographies des déportés. Sont accessibles également de nombreux témoignages écrits et une douzaines de témoignages vidéo.

     

    Livres

    Les publications du Cercil, qui proposent notamment plusieurs ouvrages sur les enfants passés par les camps du Loiret (ces livres ne sont pas disponibles en format numérique, mais commandables)

    Le témoignage d'Annette Muller, l’une des très rares enfants du Vél' d’Hiv' ayant survécu. Internée à Beaune-la-Rolande après la rafle de juillet 1942, elle connaît le sort terrible des milliers d’enfants juifs internés dans les camps du Loiret. Elle échappera à la déportation grâce à son père. Illustré de documents d'archives, cet ouvrage est accompagné de contributions historiques. Il est paru avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

     

    Dans la collection Témoignages de la Shoah, éditée par le Manuscrit et la FMS :

    Un héros juif de notre temps de Maurice Wolman (2018)

    Journal d'un interné. Compiègne, Drancy, Pithiviers de Benjamin Schatzman (2005, deux volumes)

    Une enfance en otage. "Protégée du maréchal" à Bergen-Belsen de Colette Tcherkawsky (2011)

     

    Podcasts

    Mémoires Vives, émission de radio de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah :

    - Le convoi des mères. Avec Rolande Causse, au sujet de son livre aux éditions du Cercil le Convoi des mères, illustré par Gilles Rapaport.

    - Ouverture du centre sur les camps du Loiret à Orléans. Avec Hélène Mouchard-Zay, fondatrice et présidente du Cercil.

    Je m’appelle Isaac Millman. Avec Nathalie Grenon, directrice du Cercil, qui a publié un livre jeunesse  écrit et illustré par un ancien enfant caché, Isaac Millman

    Parcours d’un orphelin. Avec Nathalie Grenon, directrice du Cercil et Charles Waserscztajn, auteur de Sauvé d’Auschwitz par l’assistance publique aux éditions du Cercil

     

     

    Lorsque ce sera possible en toute sécurité, nous vous invitons à visiter, à Orléans, le Cercil - Musée Mémorial des Enfants du Vél d'Hiv et son Centre d’étude et de recherche sur les camps d’internement dans le Loiret : Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau.

    Partager

    | |